• Anviga.com

Une situation dramatique dans les pays du Sud

Mis à jour : janv. 20

Rien ne se perd, tout se transforme.


Cette maxime est on ne peut plus d’actualité alors que les dirigeants du monde comme les populations locales appellent de plus en plus à en finir avec la « culture du déchet ».


Dans une société où tout se jette, les déchets sont un enjeu qui touche à la santé des individus et à leurs moyens de subsistance, mais aussi à l’environnement et à la prospérité économique.


La gestion des ordures ménagères est un problème universel qui concerne chaque habitant de la planète. Mais, parce que plus de 90 % des déchets brûlés ou déversés dans des décharges sauvages concernent des pays à faible revenu, ce sont les habitants les plus pauvres et les plus vulnérables qui en payent le plus lourd tribut.


On assiste régulièrement à l’effondrement de décharges qui ensevelissent sous les ordures des maisons de fortune et leurs habitants.


Ceux qui vivent à proximité de ces immenses dépotoirs sont généralement les habitants les plus pauvres des villes, qui vivent de la récupération des déchets et sont exposés à de graves risques sanitaires.


« La mauvaise gestion des déchets contamine les océans, obstrue les canaux d’évacuation des eaux et provoque des inondations, propage des maladies, accroît les problèmes respiratoires du fait du brûlage des ordures à l’air libre, tuent des animaux et affecte le développement économique, en nuisant par exemple au tourisme », rappelle Sameh Wahba, directeur en charge du développement urbain et territorial, de la gestion du risque de catastrophe et de la résilience à la Banque Mondiale.



A dramatic situation in the Southern countries


Nothing is lost, everything can be transformed.


This maxim could not be more topical as world leaders and local populations are increasingly calling for an end to the "culture of waste".


In a society where everything is thrown away, waste is an issue that affects the health of individuals and their livelihoods, but also the environment and economic prosperity.


The household waste management is a universal problem which concerns every inhabitant of the planet. But because more than 90% of the waste burnt or dumped in landfills is in low-income countries, it is the poorest and most vulnerable people who pay the heaviest price.


We regularly witness the collapse of landfills that bury under the garbage makeshift houses and their inhabitants .


Those who live near these huge dumpsites are generally the poorest inhabitants of cities, who live of waste recovery and are exposed to serious health risks.


"Poor waste management contaminates the oceans, obstructs drainage channels and causes floods, spreads disease, increases respiratory problems due to burning of garbage in the open air, kills animals and affects economic development, for example by harming tourism ” recalls Sameh Wahba, director in charge of urban and territorial development, disaster risk management and resilience at the World Bank.


contact@anviga.fr


ANVIGA

+33 1 49 23 05 77

©2019 par ANVIGA. Créé avec Wix.com