La pyrolyse, un nouveau souffle pour la valorisation énergétique des déchets

Catégorie :
Valorisation
Ecrit par :
Charlotte Salaün
Publié le :
June 22, 2021 10:53 AM

A la suite des grandes guerres mondiales du XXème siècle, de nombreux dispositifs ont été mises en place pour la reconstruction de l’Europe, en y incluant une part de préservation de l’environnement. C’est dans cette optique qu’une majeure partie de l’Europe a adopté l’incinération comme mode traitement des déchets. Un siècle plus tard, l’incinération reste-t-elle le seul moyen efficace de valoriser les déchets ?

Depuis le milieu du XXème siècle, l’incinération n’a cessé de croître en Europe. EnFrance, 127 installations sont recensées. Parmi elles, 97% produisent de l’énergie.

Ainsi, la production d’énergies renouvelables à partir des déchets urbains s’élève à 2,5% de la production totale dont un tiers en électricité et deux tiers sous forme de Chaleur.L’incinération est une réaction physique ou chimique qui s’accompagne d’un dégagement d’énergie et qui est réalisée sous des températures de plus de 900°C. Elle permet d’obtenir un sous-produit valorisable qui est de la chaleur.

Une alternative ajustable, à des coûts maitrisés

Ailleurs dans le monde, mais aussi dans quelques pays européens, une solution alternative s’est développée pour traiter les déchets organiques et plastiques/pneus : il s’agit de la pyrolyse.

La pyrolyse est un procédé anaérobique qui sous l’effet de températures pouvant varier de 300 à 550°C va permettre la transformation de déchets en plusieurs sous -produits dérivés des énergies fossiles.

Selon la nature des déchets et la température de chauffe il sera possible d’obtenir des sous-produits différents, notamment du charbon verts, issus des déchets organiques, ou de l’huile pyrolytique issue des déchets plastiques ou des pneus.

La pyrolyse constitue une réelle alternative pour les  pays envoie de développement car :

·      Elle permet la création de substituts aux énergies fossiles, diminuant ainsi les impacts environnementaux dus à l’extraction des matières premières ou l’importation de ces dernières ;

·      Ces sous-produits peuvent répondre aux besoins en matières premières primaires(carburant, charbon) à moindre coût et localement, et diminuer la pression sur les matières premières fossiles qui sont de plus en plus rares

·      Les rendements sont de l’ordre de 80 à 90% contre 60 à 70% pour l’incinération, ce qui permet de réduire le nombre de rebus à mettre en enfouissement

·      Les coûts d’installation sont moins élevés car les unités sont plus petites, et l’emprise foncière moindre.

·      Le gaz récupéré lors de la combustion peut être valorisé en énergie pour l’auto-alimentation de l’unité, réduisant ainsi les coûts d’exploitation.

valorisation I pyrolyse I énergie I valorisation énergétique

Plus d'articles...

Rejoignez la communauté Anviga et recevez nos contenus en priorité.

Merci pour votre inscription ! À très vite...
Une erreur s'est produite veuillez réessayer...