• Anviga.com

La bataille des déchets peut être gagnée


Asie, Amérique Latine, Afrique, Europe de l'Est,... nous sommes dans l'impasse en matière de gestion de déchets. La raison est simple, la manière dont ils sont traités dans les pays les plus "riches" n'est pas soutenables pour les autres pays.

Impossible pour les sociétés expérimentées du Nord d'exporter leur savoir-faire, faute de ressources fiscales suffisantes pour les payer dans les pays du Sud.


Pourtant sur le terrain, la situation explose et les déchets s'accumulent chaque jour dans des régions toujours plus peuplées avec une urbanisation galopante.


Dans beaucoup d'endroits, les collectivités publiques s'organisent pour l'assainissement mais leurs moyens financiers sont trop faibles pour financer de lourds investissements. De plus, les couts de fonctionnement demeurent trop importants pour uniquement déplacer les déchets dans des décharges.


Plus encore, les politiques de coopération s'enlisent et les organismes internationaux financent de multiples études sans lendemain, ce qui exaspère les populations qui ne voient rien de sérieux se mettre en place. Ces études tendent à valoriser des micro-initiatives utiles mais totalement sous-dimensionnées ou des projets calquées sur des concepts européens, qui sont impossibles à mettre concrètement en oeuvre, même avec de grosses subventions.


Pour gagner la bataille des déchets, il est indispensable de sortir de la logique traditionnelle pour passer à une logique de production de valeur à partir des déchets.


Bio-char, gaz, électricité, compost, fuel, gasoil, essence, nous avons les possibilités de produire beaucoup de choses à partir des déchets. Investir dans les outils de transformation de ces millions de tonnes de déchets produits est la seule façon de sortir de l'impasse. Il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises technologies, il n'y a que des solutions à mettre en oeuvre en fonction des objectifs de production et de la nature des déchets entrants.


Cette approche basée sur les principes de l'économie circulaire doit permettre à des industriels de gagner de l'argent en produisant des ressources à partir de déchets et à venir en aide aux populations.


The waste battle can be won


Asia, Latin America, Africa, Eastern Europe, ... we are deadlocked in terms of waste management. The reason is simple, the way they are treated in the "richest" countries is not sustainable for other countries.

 

Impossible for experienced companies in the North to export their know-how, due to the lack of sufficient fiscal resources to pay them in the countries of the South.


Yet on the ground, the situation explodes and waste accumulates every day in ever more populated regions with rampant urbanization.


In many places, public authorities organize themselves for sanitation but their financial means are too weak to finance heavy investments. In addition, the operating costs remain too high to only move the waste to landfills.


What is more, cooperation policies are getting bogged down and international organizations are funding multiple studies with no future, which exasperates people who see nothing serious taking place. These studies tend to promote useful but totally undersized micro-initiatives or projects based on European concepts, which are impossible to put into practice, even with large subsidies.


To win the waste battle, it is essential to go beyond the traditional logic to move to a logic of producing value from waste.


Bio-char, gas, electricity, compost, fuel, diesel, gasoline, we have the possibilities of producing many things from waste. Investing in the processing tools for these millions of tonnes of waste produced is the only way out of the impasse. There are no good or bad technologies, there are only solutions to be implemented depending on the production objectives and the nature of the incoming waste.


This approach, based on the principles of the circular economy, should enable industrialists to earn money by producing resources from waste and to help populations.


contact@anviga.fr

www.anviga.com


39 vues

ANVIGA

+33 1 49 23 05 77

©2019 par ANVIGA. Créé avec Wix.com