• Anviga.com

Déchets double écueil des politiques de coopération

Mis à jour : févr. 6




Chaque jour, des milliers de tonnes de déchets s'accumulent dans les villes et les bourgades des pays en développement, comme une funeste fatalité. Dans le même temps, depuis des décennies, les colloques se multiplient, les annonces publiques et privées se succèdent, l'argent de la coopération internationale et les grandes institutions financières est massivement disponible. Et puis sur le terrain, si peu de résultats, malgré une multitude d'initiatives locales pour s'attaquer au problème. Pourquoi?

Première raison, les initiatives proposées sont positives mais elle ne vont traiter que quelques tonnes par jour pour transformer des déchets en compost, en briques, en mille et une chose. Ces initiatives, même si elles arrivent à trouver leur équilibre financier, une fois les subventions digérées, ne traitent qu'une petite partie du problème, invisible sur le terrain.

Deuxième raison, les chargés d'études essayent avec obstination de transférer les modèles de gestion des pays européens à l'échelle des difficultés du Sud. Des études couteuses sont diligentées et aboutissent invariablement à une évidente réalité, au moment de passer au financement: les villes du Sud n'ont en général aucun budget pour assurer le traitement des déchets. Les études se succèdent mais les taux de transformation sont rares. De plus les financiers attendent des projets à plus de 100 millions d'euros, mais qui irait investir une telle somme avec uniquement des recettes de revente de sous produits?

Pour s'en sortir, il est impératif de penser la problématique du traitement des déchets totalement différemment en partant d'un postulat simple: l'opérateur de traitement devra se contenter d'un très faible, voire nul, prix de traitement et devra donc opter pour des petites unités avec des valorisations à haute valeur ajoutée.

Nous contribuons à porter cette approche avec nos partenaires industriels et financiers.


contact@anviga.fr

www.anviga.com




0 vue

ANVIGA

+33 1 49 23 05 77

©2019 par ANVIGA. Créé avec Wix.com