• Anviga.com

Brésil beaucoup de déchets peu de recyclage


La situation brésilienne est très instructive pour anticiper les évolutions à venir dans les pays du Sud. Le Brésil consomme comme un pays riche, mais recycle encore comme un pays émergent. Pour les experts, c’est ce constat qui résume le mieux la situation de ce pays d’Amérique latine qui compte 210 millions d’habitants.

Chaque année, un Brésilien produit 385kgs de déchets en moyenne. En tout, cela fait 78 millions de tonnes d’ordures ménagères en tous genres, dans tout le pays. moins de 5% des déchets produits dans le pays sont recyclés. Un secteur qui repose encore beaucoup sur des travailleurs et des installations informels.

Chaque année, un Brésilien produit 385kgs de déchets en moyenne. En tout, cela fait 78 millions de tonnes d’ordures ménagères en tous genres, dans tout le pays. moins de 5% des déchets produits dans le pays sont recyclés. Un secteur qui repose encore beaucoup sur des travailleurs et des installations informels.


Malgré cela, la réalité sur le terrain reste compliquée. Seuls 15% de la population a accès au recyclage, 9% ne bénéficie même pas d’une collecte régulière et très peu d’habitants respectent les procédures de tri sélectif.

La plupart des villes ne disposent pas d’installations officielles pour le tri et le traitement des ordures. Et 41% des déchets urbains finissent dans des décharges sauvages, en grande partie responsables de la pollution des sols et des eaux dans le pays.

Des centres de traitement et des incinérateurs modernes ont vu le jour mais restent insuffisants pour faire face à la quantité importante d’ordures.


Des hommes, des femmes, jeunes ou âgés, tous issus des milieux défavorisés. Surnommés les Catadores sillonnent les rues des villes avec des chariots dans lesquels ils collectent les déchets. Certains vivent parfois directement dans les décharges et prélèvent directement les matériaux qu’ils peuvent revendre créant ainsi leur propre système de tri et de recyclage. Ils sont responsables de 90% du recyclage dans le pays.

Les Catadores gèrent des kilos et des kilos de cartons, verre, plastique … Et surtout, des canettes.

Il faut 74 canettes pour faire un kilo d’aluminium, lequel vaut, selon les fluctuations du marché, entre 50 et 70 centimes d’euros.

Conscient de l’importance des Catadores, les pouvoirs publics financent des projets de coopératives pour que la profession soit plus structurée.

Des applications existent également, sur le même modèle que celle de chauffeurs privés, afin de mettre en contact des habitants et des Catadores. Ces derniers peuvent ainsi récupérer directement les déchets recyclables auprès des particuliers.

.

20 vues

ANVIGA

+33 1 49 23 05 77

©2019 par ANVIGA. Créé avec Wix.com